Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
agriblog

Moins de normes pour la filière céréalière française

Moins de normes pour la filière céréalière française

Philippe Pinta, président de l'Association générale des producteurs de blé, s'attend à des jours sombres pour les céréaliers français. Il est grand temps que les agriculteurs renouent avec la compétitivité et bénéficient d'un revenu acceptable.

Concurrence accrue : «Le secteur céréalier français doit faire face à une concurrence mondiale accrue. Les pays de l'Europe de l'Est, Ukraine, Russie et Roumanie, sont ses premiers concurrents à l'export. D'autres acteurs tels que les pays baltes font leur apparition sur le marché. Face à cette mondialisation du marché agricole, les céréaliers français, pour consolider et améliorer leur compétitivité, ont besoin de visibilité

Trop de normes : «Pourtant, ces dernières années, en réponse à une demande sociétale certes légitime, [...] l es contraintes notamment environnementales se sont multipliées. La France a même cherché à être plus vertueuse que la réglementation européenne. Inévitablement, cette sur-transposition et cette sur-réglementation inopportunes [...] ont entraîné des distorsions de concurrence avec les différents compétiteurs européens.»

De la visibilité : «Les conditions nécessaires pour redonner la visibilité indispensable à chaque producteur passent par une politique agricole commune dotée d'un budget équivalent à l'actuel, un allègement des normes administratives, une fiscalité agricole stable et adaptée, une prise en compte des moyens de production, un accès à l'innovation [...]. Ce n'est qu'à ce prix que la filière céréalière française retrouvera sa compétitivité [...] avec un revenu décent pour le producteur.»

Source : www.lesechos.fr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article