Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
agriblog

MyChlorofiltre, une appli pour estimer la biomasse du couvert et sa restitution

MyChlorofiltre, une appli pour estimer la biomasse du couvert et sa restitution

Jouffray-Drillaud annonce le lancement de myChlorofiltre, un OAD appliqué à sa gamme de couverts d’interculture Chlorofiltre. Il permet d’évaluer la biomasse et de prédire l’exportation des éléments minéraux.

Le semencier Jouffray-Drillaud lance myChlorofiltre, une nouvelle application smartphone qui permet, à partir d’une photo prise au champ, d’en estimer directement la biomasse afin de connaître la restitution des couverts végétaux. Avec myChlorofiltre, application gratuite disponible pour l’instant sur système Android, il est possible d’estimer la quantité de biomasse du couvert en tonnes de matière sèche à l’hectare, ainsi que la quantité d’azote, de potassium et de phosphore stockée, mais aussi la part qui sera restituée à la culture suivante. Pour cela, il suffit de renseigner le nom du couvert implanté, la date de semis, la hauteur de la végétation et de prendre trois photos du couvert. «Jusqu’à présent, seuls des outils aidant à la préconisation liée au choix de la composition étaient proposés. myChlorofiltre va bien au-delà. Grâce à ce service, nous souhaitons nous positionner comme acteur de l’agriculture de précision au service des techniciens de la distribution comme des agriculteurs» affirme Edouard Varaigne, chef marché semences grandes cultures et plantes utiles.

L’application myChlorofiltre propose deux autres services. Le premier apporte aux agriculteurs une aide dans le choix de la composition en fonction des besoins (interculture longue ou courte, cultures suivantes, objectifs agronomiques). Le second service dispense des conseils à l’implantation, selon qu’il s’agisse de semis classique précoce, d’un semis classique ou bien d’un semis direct du couvert. «myChlorofiltre sensibilise au double rôle des couverts végétaux, à la fois économique et environnemental. Un couvert n’est pas qu’une réponse à une contrainte réglementaire, c’est avant tout un investissement pour valoriser son capital sol et améliorer les rendements des cultures suivantes», ajoute Sylvain Bonnet, chargé de communication. Jouffray-Drillaud envisage maintenant de développer l’application pour le système d’exploitation mobile iOS (produits Apple).

source : www.terre-net.fr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article