Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
agriblog

Remplacer la "paperasse" par un clic simple et unique

Remplacer la "paperasse" par un clic simple et unique

Créer l’outil numérique, facile d’accès, qui libérera les agriculteurs des corvées administratives, c’est le projet couvé au sein de la chambre d’agriculture.

Nom de code : Agro dashboard

Auteurs : Sébastien Grandpré et Michael Graciano, conseillers à la chambre d'agriculture de Loir-et-Cher.

Objectif : simplifier la vie (administrative) des agriculteurs.

Quand on sait ce que représente le remplissage de paperasses en tous genres pour un exploitant agricole, on comprend que ce projet, monté façon start-up en 48 heures lors du 3e concours national Agreen'Startup à Paris en février dernier, ait été primé !

« Quand on a commencé à réfléchir à un projet numérique innovant, qui soit utile aux agriculteurs, on leur a demandé ce qu'ils souhaitaient. Trois sur 5 nous ont répondu : simplifiez-nous la vie administrative ! » explique Michael Graciano. « Mais pour satisfaire cette demande, renchérit Sébastien Grandpré, il fallait que le futur outil lui-même ne rajoute pas de la complexité ! » 

Fort de ces principes de base, les deux conseillers ont donc planché sur un projet de « bureau virtuel unique de l'agriculteur » : une interface ultra-simple pour l'utilisateur, permettant de mettre à disposition, une fois pour toutes, les données réclamées par différents organismes administratifs.

« Concrètement, au lieu de renseigner 7 formulaires différents avec mon rendement à la parcelle, je rentrerai cette donnée une seule fois, et je donnerai l'autorisation d'accès aux organismes qui en ont besoin, détaille Sébastien Grandpré, qui pourront alors l'importer dans leur propre système informatique. » 

Les mois qui viennent seront consacrés à l'élaboration du cahier des charges, avec l'aide d'étudiants de l'école d'ingénieurs UniLasalle de Beauvais, et la participation active d'une dizaine d'agriculteurs du département « de tous horizons et de toutes les générations », dont la validation sera indispensable.

Restera ensuite à trouver les financements pour passer du projet à sa réalisation. « Pourquoi pas avec un accompagnement au sein des chambres d'agriculture, au niveau régional, voire national ? » espère Philippe Noyau, président de la chambre de Loir-et-Cher. Ils sont sûrement plus d'un à avoir envie qu'on leur simplifie la vie…

source : www.lanouvellerepublique.fr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article