Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
agriblog

Le milliardaire Bernard Arnault à Cognac pour inaugurer sa nouvelle usine Hennessy

C'est l'une des filiales les plus rentables du groupe LVMH : Hennessy inaugurait mercredi midi sa nouvelle usine d'embouteillage et d'expédition du Pont-Neuf, à Salles-d'Angle. Des capacités supplémentaires pour suivre l'envolée des ventes de cognac. Un investissement de 100 millions d'euros.

Une simple pression du doigt sur une tablette tactile... Bernard Arnault, l'homme le plus riche de France, lance la ligne d'embouteillage de sa nouvelle usine, bâtiment noir très design, posé entre les vignes et la base aérienne de Cognac. Un balai étourdissant de robots et de tapis roulants se met en route... surveillé en permanence par une poignée d'opérateurs. Ils sont une trentaine pour faire tourner cette ligne de production, 70 en tout sur le site qui centralise également désormais toutes les expéditions d'Hennessy. Sur les 100 millions d'euros investis par Hennessy sur ce site du Pont-Neuf à Salles-d'Angles, 55 millions concernent l'outil de production, très automatisé.

Un site très automatisé

Un équipement luxueux, à la hauteur de la rentabilité de l'économie du cognac. Pour LVMH, rappelle son PDG Bernard Arnault, Hennessy est "la deuxième activité par importance et par rentabilité". La marque écrase la filière cognac, avec 84 millions de bouteilles écoulées l'an dernier à travers le monde, soit la moitié du marché. Des ventes qui ne cessent de progresser, portées par les consommateurs américains et chinois. D'où cette nécessité d'augmenter les capacités de production.

Augmenter la productivité pour suivre la demande

Au Pont-Neuf, entre 16.000 et 18.000 bouteilles sont embouteillées chaque heure. Passé le rodage, l'objectif est de passer à 20.000. Soit 30% de plus que la productivité du site historique d'embouteillage d'Hennessy à La Vignerie. Mais attention, ce site n'est pas abandonné, rappelle Stéphane Baudribos est directeur de la production et des expéditions chez Hennessy: "on continue de beaucoup investir aussi, avec des robots comme vous les voyez ici. L'idée c'est de dégager de la productivité, pour suivre la demande."

Bientôt une deuxième ligne d'embouteillage

Au Pont-Neuf, l'étage de l'embouteillage est encore très aéré: il y a la place pour une deuxième ligne d'embouteillage. En attendant sans doute un deuxième bâtiment, rappelle Véronique Marendat, première vice-présidente du Grand Cognac en charge de l'économie: "Le terrain est vaste, et il est déjà imaginé qu'en miroir de ce premier bâtiment, un deuxième bâtiment pour aller vers des objectifs encore plus important." Véronique Marendat qui reconnaît: "nous élus locaux sommes conscients d'avoir de la chance d'avoir une filière qui tire l'économie vers le haut."

source : www.francebleu.fr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article