Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
agriblog

Des pailles à consommer après utilisation

Des pailles à consommer après utilisation

Une start-up cherche à remplacer les pailles en plastique à usage unique par une version comestible en mesure de se biodégrader rapidement.

Remplacer le plastique

Les débats entourant la quantité alarmante de matériaux plastiques dans les océans continuent de se multiplier, et ce bien que nous ayons vu de nombreuses initiatives pour supprimer et réutiliser tous ces débris. Néanmoins, il reste encore beaucoup à faire pour trouver le meilleur élément pour remplacer le plastique. La start-up new-yorkaise LOLIWARE cherche en premier lieu à s’attaquer à l’une des principales sources de déchets plastiques, à savoir les pailles à usage unique. La société s’est appuyée sur son expertise dans le développement de tasses comestibles en produisant des pailles fabriquées principalement avec des algues, produits appelés « LOLISTRAW ».

Une paille comestible et biodégradable

L’équipe a identifié les algues comme une alternative au plastique en raison de leur production renouvelable. De plus, une algue capte même du CO2 pendant sa croissance, si les utilisateurs choisissent de ne pas manger leur paille après utilisation. La paille peut être jetée dans une poubelle organique où elle se décompose rapidement.

Les LOLISTRAW seront disponibles dans différentes variétés de couleurs et de saveurs. Cette paille comestible conserve l’aspect d’une paille traditionnelle, mais avec une caractéristique de durabilité en plus. D’ailleurs, les tests montrent que les pailles peuvent survivre dans les boissons pendant 24 heures et auront une durée de conservation de deux ans. Le concept LOLISTRAW est actuellement en campagne de financement participatif sur Kickstarter. Les premières livraisons sont prévues en août 2018 et les packs de pailles sont disponibles à partir de 10 $.

source : hellobiz.fr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article