Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
agriblog

Avec l’appui de la CCIFC, l’affaire est dans le sac Olingo ! 

Cette semaine à Bogota a été marquée par une succession de rencontres professionnelles en lien avec notre projet entrepreneurial. Retour sur les moments forts de la semaine.

Notre semaine dans la capitale colombienne a débuté par la rencontre de Bénédicte Onillon, Directrice commerciale de la Chambre de Commerce et d’Industrie France-Colombie. Des certifications aux labels, du composant interdit en France aux idées de pépites à rapporter en France en passant par l’ensemble des solutions d’importation imaginables mais pas toujours réalisables faute de budget ou de quantité minimum pour remplir un conteneur...

Bénédicte a répondu à de nombreuses interrogations qui étaient restées jusque là sans réponse pour bon nombre d’entre elles. Un temps d’échange primordial pour nous, jeunes padawans de l’entreprenariat aux compétences commerciales et marketing mais dont le domaine de l’importation nous est entièrement méconnu.

Le duo d’alaïa, Adeline, diplômée en Marketing et Florian spécialiste de la grande distribution en compagnie de Bénédicte Onillon, directrice commerciale de la CCIFC).

Nos idées étant plus claires concernant les conditions d’importation, nous journées suivantes par la rencontre d’artisans, de jeunes marques colombiennes (sacs, chaussettes, panela, quinoa) et c’est la rencontre des membres de la fondation «Proyectar sin fronteras» au sein du centre social COMparte dans un des quartiers défavorisés du sud de Bogota qui a véritablement marqué cette semaine marathon.

Après avoir découvert les différents projets menés par la fondation tels que les jardins partagés du quartier et participé à un atelier culturel avec les enfants après l’école, nous nous sommes intéressés à l’aspect entrepreneurial. Cet aspect est, en effet, actuellement au cœur des nombreuses projets du centre avec le lancement récent de la marque de textile Olingo.



C’est à travers la formation des femmes du quartier à la confection textile qu’est née l’initiative de création de la marque afin de commercialiser le fruit de leur travail et leur assurer un revenu minimum. 

Des sacs confectionnés à partir de chutes de textile et de plastique recyclés. 

Actuellement, les 4 couturières formées au centre COMparte par Leila s’appliquent à la confection de tote-bags et de sacs à dos ficelle à partir de matières recyclées tels que le plastique et des chutes de textile. 


Des produits aux dimensions sociale, écologique mais aussi artistique.

Au-delà de l’aspect social et écologique, nous avons également eu le coup de cœur pour les divers motifs imprimés (encre écologique) sur les divers modèles proposés à la vente.

En effet, chaque motif a été généreusement offert par un ou plusieurs artistes de rue reconnus de Bogota & délivre un message (explicite ou implicite) positif ou de paix. En cette période quelque peu instable et de transition suite aux accords de paix de 2016, ces messages sont rassurants et encourageants pour la population.

Photo souvenir avec deux enfants qui bénéficient des activités du centre et qui portent fièrement le sac à dos avec un message clair : PAZ (paix en français)

Si la marque n’en est qu’à la phase de lancement, les idées sont quant à elles nombreuses : mise en place d’ateliers de confection spécialisés (vêtements ; sacs...) afin de proposer une spécialisation aux couturières du quartier, exporter les produits en France, développer les partenariats avec les universités françaises et colombiennes et, à terme, devenir une véritable entreprise sociale. 

Nous continuons désormais ce périple entrepreneurial du côté de Salento, dans la région du café et continuons à remplir nos sacs de pépites culinaires, vestimentaires & décoratives.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article