Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
agriblog

Des herbes aromatiques qui poussent en boîte !

Des herbes aromatiques qui poussent en boîte !

En 2050, 65 % de la population mondiale sera citadine. Soit un total de 9,5 milliards d’urbains. Une évolution qui pose clairement la question des relations entre villes et campagnes et des besoins alimentaires des zones urbanisées. Notamment dans les villes du Sud. À Rennes, Fabien Persico, un jeune autodidacte, a décidé d’investir le champ de l’agriculture urbaine avec son concept de FarmBox. Une réponse concrète en même temps qu’une alternative à la production intensive.

Qu’est-ce qui fait 13m2 ? Peut contenir jusqu’à 15 000 plantes ? Permet de cultiver de manière saine, sans recours à des pesticides ni à des herbicides et qui plus est sans se faire de tour de reins ? Et qui peut être installé quasiment n’importe où à condition que le terrain soit plat et à proximité d’une prise électrique ?… Vous séchez ?

Et bien il s’agit de la FarmBox, un drôle de concept de fermes hydroponiques sur-mesure inventé par un jeune agriculteur urbain, Fabien Persico. Avec une idée simple : « Rapprocher les lieux de culture des consommateurs pour produire sain et en proximité. »

En résumé, Fabien cultive une ambition fertile puisqu’elle consiste, ni plus ni moins, à réinventer le modèle agricole dominant en squeezant au passage centrales d’achats et intermédiaires, en limitant les transports et donc l’impact sur l’environnement et en résolvant la quadrature du dernier kilomètre.

Le container maritime : lieu de culture circulaire

« Mais sans faire d’ombre ou de concurrence aux maraîchers locaux », insiste Fabien. Voilà pourquoi, on trouve sur les étagères de la FarmBox uniquement des herbes aromatiques rares comme la menthe chocolat, le basilic au citron, le basilic à l’anis, le cresson de para ou encore le persil japonais.

À l’intérieur du container maritime, des étagères donc mais un système d’irrigation ultra-précis, des ventilateurs et de gros néons rouges et violets. Et zéro terre ! Bref, une ambiance surréaliste, presque hors du temps mais dont les résultats sont avant-gardistes : « Dans chaque FarmBox, nous créons un micro-climat. Tout est paramétrable : l’hygrométrie, l’exposition à la chaleur, la luminosité… Nous fonctionnons en circuit fermé ce qui nous permet de réduire de 98 % la consommation en eau et de ne produire aucun déchet ni de rejet en CO2. Nous avons des rendements 150 fois supérieurs à l’agriculture conventionnelle. En toutes saisons ! »

Des racines profondes

Les racines du projet sont au moins aussi profondes que l’envie de Fabien : « J’ai grandi dans une ferme près de Toulouse. Depuis tout petit, j’ai une véritable passion pour la culture et notamment la culture en intérieur. J’ai eu mon premier potager à l’âge de huit ans. Au final, je crois que j’ai toujours voulu suivre cette voie. »

Le projet FarmBox, lui, mûrit lentement. Patiemment ! Fabien débarque à Rennes en 2014, suit des stages de création d’entreprise avec l’Adie Créajeune. Le projet est incubé par Rennes Atalante, puis Emergys. En 2016, Fabien crée la société Urban Fam avec des tuteurs. Euh du moins des associés ! Et bénéficie du soutien de la région Bretagne via son programme Accélérateur d’Initiatives jeunes qui lui permet ainsi de lever un fonds d’amorçage de 10 000 € avec la plateforme de financement participatif GwenneG.

Aujourd’hui, Fabien livre des restaurants et des épiceries, exploite ses propres conteneurs en cœur de ville et commercialise de nouvelles FarmBox.

100 FarmBox bien mûres à l’horizon 2020

La moisson, elle, est plus qu’encourageante : oscar d’Ille-et-Vilaine, prix Crisalide Eco-Activité, prix Cré’Acc (Ordre des Experts-Comptables). Et progressivement, Fabien réalise des boutures. Les greffes prennent : la première à Saint-Jacques-de-la-Lande, la seconde devant la gare de Saint-Malo. La suivante a éclos sur le parking du Leclerc Saint-Grégoire pour la Saint-Valentin

Urban Farm, l’entreprise de Fabien a même remporté un appel d’offres ViaSilva avec un promoteur rennais afin d’installer des FarmBox en bas d’immeubles.

À l’avenir, le concept FarmBox pourrait essaimer dans toute la France : « On a des contacts à Tours, Nantes, Lyon. Et même dans certaines îles. Mais on va prendre les choses les unes après les autres. Notre objectif c’est d’arriver à une centaine de FarmBox à l’horizon 2020 et de créer des emplois pérennes. »

Le tout pour un jardin clé en main à 60 000 € seulement. Une paille ! Ou une fleur…

source : www.ouest-france.fr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article