Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
agriblog

"Est-ce ainsi que les animaux doivent vivre?"

Alain Finkielkraut dévoile son combat, moins connu, pour la cause des bêtes, notamment contre la "zootechnie". Entretien.

"Que la danse des vaches puisse encore avoir lieu sur la Terre, telle est l'ultime finalité qui survit en moi à tous les accommodements." Le 18 janvier 2016, parmi ceux qui se pressaient, dans le quartier peu crotté de Saint-Germain-des-Prés, à la remise de l'épée au nouvel Académicien Alain Finkielkraut, beaucoup furent surpris de découvrir que "l'ultime finalité" qui survivait au coeur du "Mécontemporain" avait donc à voir avec les vaches.

Plus précisément : avec le combat contre les logettes où l'élevage intensif les parque ; et avec leur droit aux pâturages, dans lesquels, chaque printemps, ces "demoiselles" sortant de leur abri hivernal devraient pouvoir continuer de célébrer leur plancher retrouvé, en gambadant comme des gazelles, ce qui donne à la scène un air de danse chamane.  

C'est donc par les placides bovins que lui est venu le parti pris des animaux. Par une tendresse nostalgique et littéraire - Delphine et Marinette ne sont jamais loin quand "Finky" évoque ces êtres doux au regard inquiet - que le philosophe a enfourché le combat politique pour la cause des bêtes. Elevage, abattage, domesticité, véganisme, antispécisme, écologie, traditions, radicalisations... Les sujets qui parcourent l'ouvrage collectif qu'Alain Finkielkraut a dirigé (et qui paraît ce 5 septembre) sont nombreux.

Alain Finkielkraut - Chaque fois que, m'aventurant hors de la ville, de la banlieue ou du périurbain qui grignote peu à peu la campagne, je rencontre un de ces gros herbivores, je fonds de tendresse. A la différence des léopards, des lions, des panthères ou des aigles dont s'ornent tant de blasons, ils ne feraient pas de mal à une mouche. Comme l'écrit admirablement Kundera, les vaches "sont paisibles, sans malice, parfois d'une gaieté puérile. On croirait de grosses dames, ajoute-t-il, dans la cinquantaine mais qui feraient semblant d'avoir 14 ans. Il n'est rien de plus touchant que des vaches qui jouent."  

source : www.lexpress.fr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article