Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
agriblog

Elle change de vie et devient fermière

Elle change de vie et devient fermière

Après une vingtaine d’années auprès d’adultes handicapés mentaux comme monitrice-éducatrice à l’Adapei, Delphine Cheriti a choisi de devenir « fermière ». Un terme qu’elle trouve beau et bien adapté à son nouveau travail : « Certes, pour réorienter ainsi ma carrière professionnelle, j’ai dû retourner sur les bancs de l’école et passer un Brevet professionnel de responsable d’exploitation agricole (BPrea) à Montardon. »

Début 2019, Delphine Cheriti va assumer ses nouvelles responsabilités en tant qu’associée à la ferme la Clé des champs de Casteide-Candau. « J’aimais beaucoup mon travail, notamment auprès des personnes âgées, mais je m’y investissais tellement que je n’arrivais plus à prendre du recul. Les conditions de travail ne me permettaient plus de travailler sereinement. »

Elle a donc choisi de changer le cours de sa vie pour retrouver un équilibre personnel et familial, ce dont ses deux jeunes enfants ne se plaignent pas. Et son mari, Laurent Cheriti, non plus : il faut dire que ce dernier travaille à la Clé des Champs en association avec Jean-Louis Lafitau. Son épouse, Delphine, a donc suivi toute l’évolution de cette entreprise, avec la crise de 2009 et le passage à l’agriculture biologique, puis en 2011 le choix de produits transformés inédits : les glaces de la ferme, qui vont obtenir un succès inespéré.

Givrés des Prés

« Je donnais déjà des coups de main lors des périodes chargées, explique la nouvelle fermière, j’ai donc pu m’adapter assez facilement au fonctionnement de l’entreprise. » Les Givrés des Prés (nouvelle appellation de la société) ont 60 points de vente entre les Landes et les Pyrénées.

Avec leurs trois véhicules, ils livrent de Biscarosse à Saint-Lary, sont présents tout l’été sur les marchés fermiers et proposent leurs produits chez des restaurateurs-traiteurs et dans les magasins de proximité (Point Vert, Carrefour Contact, Vival…) : « Nous gardons une dimension qui nous ressemble. » Aujourd’hui Delphine Cheriti est heureuse : « Je compte développer l’accueil à la ferme, la faire découvrir aux consommateurs, sans oublier les personnes handicapées. »

source : www.sudouest.fr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article