Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
agriblog

Cette start-up crée une « seconde peau » comestible pour conserver fruits et légumes frais plus longtemps

Cette start-up crée une « seconde peau » comestible pour conserver fruits et légumes frais plus longtemps

Comment éviter que votre fraise ne finisse en bouillie au bout de quelques jours ou que vos radis dépérissent au fond du réfrigérateur ?

Réponse : grâce à l'emballage révolutionnaire mis au point par la start-up Apeel, un film biologique et comestible qui protège contre la déshydratation et l'oxygène.

À peine cueillie, la fraise commence sa descente aux enfers, entamant le processus chimique et biologique de dépérissement. D'abord, elle se déshydrate. Puis, l'oxygène s'infiltre à l'intérieur, accélérant les processus chimiques de dégradation. Finalement, la moisissure l'envahit. La fraise finit en masse brune et molle au fond du frigo. Chaque année, 1,6 milliard de tonnes de nourriture sont jetés dans le monde, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, la FAO. Les fruits et légumes, particulièrement fragiles, sont les premiers concernés, la moitié de la production partant purement et simplement à la poubelle.

Un projet financé par la fondation Bill & Melinda Gates  

Devant ce gaspillage accablant, James Rogers, alors ingénieur à l'université de Californie, commence à chercher un moyen de réduire le dépérissement des fruits. Il lui faudra plus de six ans et demi pour mettre au point, à partir de résidus de plantes, une sorte de « seconde peau » naturelle qui conserve l'humidité des fruits et les protège de l'oxygène.

« Je me suis inspiré de l'acier inoxydable, où l'on crée une couche protectrice contre la rouille », explique l'entrepreneur. En 2012, il lance sa start-up Apeel grâce au don privé de 100.000 dollars de la fondation Bill & Melinda Gates.

Transparente, inodore et sans goût, cette « seconde peau » est fabriquée à partir de lipides et glycérolipides, dérivés de parties non utilisées (peau, graines...) d'autres fruits et légumes. Ces molécules amphiphiles sont dissoutes dans l'eau et lorsque celle-ci s'évapore, elles forment un liant dans lequel on peut tremper les fruits pour les protéger, ou qui peut être vaporisé dessus.

L'entreprise affirme que sa solution réduit la perte d'eau de 30 % et le taux de ramollissement de 60 % par rapport à un avocat non traité.

source : www.futura-sciences.com

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article